Next Montréal speaker

Oriol Tomas

More info

September 30, 8:00am • Salon urbain de la Place des Arts • part of a series on Magic

That Creative Magic Spell: A Conversation with Multidisciplinary Artist Nania Sergi

“I have been into art from a young age. I kept a lot of things like glitters”, multidisciplinary artist Nania Sergi says as she points towards those shiny dots lying on the floor. Basked in daylight they mirror the joy known only to those who dream and hustle hard to make them a reality.

Like an invitation I was drawn to reconnect with an old university friend to uncover the magic of creativity. This conversation happened around homemade mint tea with no added sugar. It started like this:

“I do watercolor art, I also do commissioned work”.

Really what kind of work?

Cat portraits.

What? Did you find it weird at first?

When I first got asked, I thought it was funny. I can do realistic paintings but it’s not where my interest lies in the moment so I made them into these characters.

Did you ever see yourself working for someone else?

I did. When I finished my bachelor’s degree I worked for an animation and video effects company. I made a lot of friends.

That’s always a good thing! 

Yes and prior to that I also worked in a non-profit organization as a digital literacy teacher.

I’ve always been the type to do my own things. I don’t remember  if it was my father or a friend who suggested me to apply for an entrepreneurship bursary. Then I got it and it helped jump-start my own business.

How did you get started?

Mostly through word of mouth, through friends…One of the first cool contracts I did was a collaboration with a singer/songwriter, her name is Allyson Reigh. It was a really cool project. She spent two weeks coming over to my house every day (she was in Montreal at the time). I did all the artworks and photos for her album. It was great to create a visual identity for someone, for an artist, for a project, for songs, to build a world of visuals around it.


Digital illustration

How would you describe your work?

As much as possible, I try to do work that’s very honest and authentic. I try to do things that are meaningful while keeping it playful. I’m just doing me, so far, just doing me has kept me busy.

What keeps you going because you know it’s not easy and it would be way easier to find a 9 to 5 job?

That’s the thing, it wouldn’t. I did it and I was not happy. It’s hard but it’s easier for me in the sense that I’m happier with my life. I want to wake up and feel excited and happy, maybe not always thrilled but I want to find joy in what I do. I mean… Sometimes I do get scared and want to back away to find myself a normal job but then I think about it and there is no way I could sit in front of a computer all day. I would escape by the window!

Assistant Art Director: Nania Sergi

How do you define creativity and apply it in your career?

The ability to get up and step back and do that consistently. To find the courage to just do that thing over and over while making sure it’s always interesting and relevant.

I think creativity is the conscious search and application for change. And not just change for the sake of change but to better respond to the challenge. To engage with circumstances, sometimes uneasy circumstances cause life has its set of challenges but to do that with humour. Also, create the space and time for people to get involved and be curious.

Art Director: Nania Sergi

What other fun projects have you been working on lately?

An experimental documentary. I have been working with Jamie Woollard, my collaborator on this sort of non-linear narrative story for 2 years. It involves ice skating and glitters at the Molson Park. I first met Jamie while she worked on a project where she destroyed her century old piano. I have two keys left in my dining room actually.  


What’s the one creative advice or tip you wish you had been given when you graduated?

The beauty of taking breaks. Yeah, breaks are really really useful and nobody has ever told me about that!


When did you realize that breaks were useful?

When I hurt myself last Spring. It took me time to stop because I was like no, I’m gonna keep going and keep going and I got tendonitis on both hands so I had to stop and it was really hard because I’m a creative…I’m mean it’s part of what I do with my life. Then I started using a recording to record sounds. I had to be creative without using my hands and it was scary. But something that came out of that was: Man we’re human beings first! No matter how important, meaningful and splendid your work is you have to eat three meals a day and sit down. We’re mere mortals even though I wish I was a superhero. So yeah the beauty of breaks is something I learned.

I also play sports more now, meditate, do yoga and run. And all these things have made my life and my work better. Since they’re connected. You can’t just do one thing and expect it to be good. You actually have to breath and yeah take a break.

It’s the same thing as negative space in a painting. Without the negative space you don’t see the elements.

naniasergi.com

Words: Jessica Beauplat

Photos: Jessica Beauplat, Courtesy Nania Sergi 

image

4 CMers Share their Montréal Favourites 

We asked members of the CreativeMornings/Montréal team to tell us about their favourite parts of Montréal.


Andréanne’s Tex-Mex Dream Come True

For its “dirty” burritos, its cocktails, its simplicity and its friendly staff, my favourite Montreal restaurant is Icehouse. This Tex-Mex eatery inspires me to travel to the southern U.S. and allows me to do so in the comfort of my own wonderful city.

Andréanne O’Bomsawin is a Community Manager with CreativeMornings/Montréal. To experience Andréanne’s favourite part of Montreal, head to Icehouse, 51 Roy, East.


Boyana’s Love Goes for Miles

My favorite street in Montréal is Fairmount, because of its low-key Mile-End character. It has great shops, like Kem Coba (the best ice cream in town) and Fairmount Bagel, amazing coffee shops, such as Arts Café and Larry’s, and excellent restaurants, including La Khaïma, Rumi, and Faberge. It even has a 1932 diner, Wilenski’s!

It’s a great commercial avenue with a lot of history and an awesome vibe, and I love the colourful public seating installations.

Boyana Stefanova is the General Director with CreativeMornings/Montréal. To experience Boyana’s Montréal, start at the corner of Fairmount and St-Laurent and walk west.


Sophia’s Love is Far from Leisurely

What I love about Montréal is its leisure culture. Few cities in the world take their leisure time as seriously as Montréal does. There are endless picnickers at Parc Laurier; sunbathers right, left and center at Parc Lafontaine; intense cross-fit groups running all through Parc Jean-Mance; and don’t get me started on Tam-tams and the LARPers at Parc du Mont-Royal!

Atop that, going for a 5@7 or spending your evening on a terrasse is basically obligatory. This leisure culture brings us together, sometimes gets us to turn off our phones, and builds a strong sense of community in our beautiful city.

Sophia Kapchinsky is a Content Writer and Music Curator for CreativeMornings/Montréal. To experience Sophia’s Montréal, wander any park or grab a seat on a terrace.


The City Spells it Out for Stefano

My favourite spelling of Montréal is with the accent because, to me, it represents the city’s accent on creativity.

image

Stefano is the Creative Director with CreativeMornings/Montréal. To experience Stefano’s Montréal, simply use the Alt-130 short key when writing it out.

These are just a few reasons we love Montréal, what are your favourite aspects of the city?


Text: Sophia Kapchinsky

Illustration: Stefano Di Lollo

Distraction or Muse – Does Love Inspire or Stifle Creativity?

We want to create. We want to bring into the world that which, until now, we had only imagined. We want to see our efforts come to fruition. We want our projects to come to glorious completion. But, well, we don’t necessarily want to do it alone.

So how do love and creativity mix? Does sharing time, space, hopes and fears and bodily fluids with another inspire creativity, or does it stifle it, hogging precious energy and attention?

This, of course, will largely depend on the person (or persons; no judgement here) you have fallen in love with. To help you determine whether your love is a MUSE or a DISTRACTION, we’ve come up with this helpful guide.


Muse

They Are Your First Consumer

Stephen King credits his wife, Tabitha, with  a lot, from saving him from drug and alcohol addiction, to getting him  through his recovery from a serious accident, and acting as his ‘First  Reader’. When he writes, King thinks of Tabitha, of whether she would laugh  at that joke, cringe at that scare or feel for that character.

They Ignore Traditional Gender Roles

Dean Koontz hated his job and dreamed of being a novelist. So, his wife Gerda, a lawyer, told him she would support him for five years, but, if he couldn’t make it as a writer within that time, he’d have to quit and forget all about it. So far, Koontz’s novels have sold over 450 million copies.

They Are as Creatively Accomplished as You Are

Richard Donner is famous for having directed such classic films as Superman, The Omen, The Goonies, and all four Lethal  Weapon films. His wife, Lauren Schuler Donner, though (arguably) less famous, not only produced many of her husband’s films, she also produced Pretty in Pink, Free Willy, You’ve Got Mail,  and all the X-Men movies, including Deadpool.


Distraction

They’re Sexier than Your Project

If, whenever your partner is around, you can think only of him or her and their wonderful smile, the way that one shirt  fits them just so, that spot where their waist meets their hip …uh,  sorry—where was I? Oh, right … Anyway, you may have to find a less  attractive partner or—better yet—come up with a more attractive project.

They Don’t Believe in You or Your Work

They keep telling you to get a real job, to give up on your dreams and face reality, but you just know your pasta-sorting app (or whatever the case may be) will hit big. It’s just a matter of time. No more guessing at the difference between fusilli and girandole! No more!  

They Are Also Someone Else’s Muse

Pattie Boyd inspired many of Eric Clapton’s greatest hits, including “Layla” and “Wonderful Tonight”. Only one problem: Boyd was married to George Harrison at the time. His devotion rebuffed, Clapton fell into a three-year heroine-fueled depression. Boyd later left Harrison for Clapton but, unfortunately enough, their coupling didn’t last.

They Are, Quite Literally, Your Muse

You may not know it, but you have almost certainly seen Gala Dali, Salvador Dali’s wife. The surrealist included his wife in a dozen of his paintings. The famously mustachioed artist’s devotion to his wife did not end there. He also bought her a castle in Catalonia, where she was later buried. So, if you can’t find your own muse, you could do worse than to be someone else’s.  

Texte: Andre Farant & Sophia Kapchinsky 

Illustration: Stefano di Lollo

image

How to Fix a Broken Project by 3 Montreal Creatives

We’ve all been there: a project just doesn’t come together. The pieces just won’t fit. Staring at that blank page, canvas or monitor begins to feel like staring down the barrel of a gun. We asked three Montreal creatives how they push through a creative block, make the pieces fit, and fix a broken project.

 

Steve Villeneuve – Video Editor

According to Steve, video editors routinely face situations similar to writer’s block. “You just don’t know what to put next so that the scene makes sense.”

When faced with such a challenge, Steve councils stepping away. “Go get a glass of water, go outside, watch a bit of TV. Just don’t sit there staring at your monitor.” Putting some distance between you and the project—actual physical distance—can give you a new, clearer perspective on the problem.

image

He also follows the rule of diminishing returns. “Editing for too long and too late into the night is rarely worth it.” Your intention may be to power through the problem, but, as Steve puts it, “Ninety percent of the time, you’ll take a look at what you’ve done the next day and think to yourself, ‘Oof … this is terrible.’”

Steve is president of Digger Films, an independent film production company in Montreal, and a video director and editor in the video game industry. His short film, A Quiet Moment, can be seen as part of this year’s Fantasia Film Festival.

 

Maude De Larochelliere – Account Executive

Maude, an account executive at Karelab, has formed habits to help her not only lay the groundwork for a new project, but also to facilitate breaking through inevitable creative blocks. “To be inspired, she says, you must seek inspiration.”

image

To Maude, inspiration is found through experience. “If you don’t live new experiences, don’t meet new people and don’t try new activities, it’s impossible to be truly inspired,” she says. “It’s like juggling the same three balls when you could be juggling a dozen flaming torches.”

Those new experiences act as fuel and the mind does the rest. “You focus on the problem at hand intensely for about thirty minutes, Maude explains, and then you do something else and let your mind wander.” Maude’s mind does its best wandering in the shower. “I get all my best ideas in the shower.”

The most important thing, according to Maude, is to turn the process into a habit so that, when a creative challenge arises, the ability to be inspired and find a solution has been internalized.

Maude is an account executive with Karelab, a local company which creates web products to boost employee engagement and performance, and Director of Experience with CreativeMornings/Montréal.

 

Marie-Claire Lynn – Communications Advisor

As a communications consultant, Marie-Claire’s challenge isn’t simply developing a new communications tool, but developing a tool designed to promote someone else’s creative project.

Designing and implementing such a tool requires a holistic approach: “From being visually pleasing, to telling the story of the project, to making sure the communication goals that were established are being met.” If a single aspect is out of balance, it can render the entire project ineffective.

image

When faced with a project that isn’t coming together, Marie-Claire suggests seeking a fresh perspective by taking a step back and distilling the project to its core components. “I go back to basics and remind myself of the objectives and origins of the project. I look for solutions in elements that might have been put aside too early in the process.”

It’s easy to lose sight of a project’s basic purpose—to inform, entertain, sell, engage—and recalling the project’s reason for being can help refocus your energies while offering a brand new perspective.

Marie-Claire is a communications consultant, a message creator, a storyteller and is passionate about passion. Find Marie-Claire on LinkedIn.

Take a step back, return to basics, and make inspiration a habit: each of these practices is easy to adopt and apply to nearly any creative endeavor. We’d love to hear from you, to hear about the tricks and techniques you have used to overcome a creative challenge. 


Text: Sophia Kapchinsky & Andre Farant

Photos: Steve by Max Juneau, Maude by Tora Photography, Marie-Claire by Nicole Provençal

image

HAPPYMOVIE

CreativeMornings/Montréal is excited to introduce you to HAPPYMOVIE. This post-guitar pop-core rave-wave group will open for MissMe and CreativeMornings/Montréal on July 1st at 7:30am. Don’t miss their unique sound.

Curious to find out a bit more about them, we asked HAPPYMOVIE a few questions.


How do you create your music?

The process is always evolving, especially since we’re such a new band. The majority of our compositions come from playing together and experimenting with our machines. Sometimes we’ll set up some parameters or constraints to see what we can do with a set of limits in place. There is a lot of messing around with running equipment into other equipment, chaining signal in strange ways, and also utilizing the way sound interacts with our concrete bunker of a studio space as a kind of instrument as well. We sample and re-sample each other and build compositions over time from our raw material.

When something isn’t working in your creative process, what do you do? What’s your process?

Our tracks sometimes go through several full iterations before we settle on one, so it’s often an interesting dance between construction and deconstruction. Some tracks have been born from the cannibalization of older tracks that just weren’t quite working yet. In general, I think keeping an open mind and not getting too attached to anything is one of the creative principles that helps us move forward and not get too bogged down in the details.

How do change the way you create and adapt your music to the community you are evolving in? How do you think this will change as you transition to Berlin and Copenhagen?

We actually don’t really consider many outside influences when we’re making music. We are pretty unconcerned with “fitting in” to a scene or tailoring our music to an audience. I think we both have a pretty solid idea of the aesthetic we are going for and that’s our main guiding light. It’s hard to say how things will change once we’re established in Europe, but we’re already working on new material. So apart from the challenges of living in new places, and not being in the same city all the time, I think our creative collaboration is already on its own path.

After a good/long night, what’s your favourtie place to get poutine/junk food/snack in MTL

We’ve been known to end up at Nouveau Palais, Chez Claudette, La Banquise…

What your favourite song to sing in the shower?

Who let the dogs out

FITS OF ZEN VOL. 2 was released on June 17th!

Spotify  -  iTunes  -  Google Play -  Art Not Love

Interview with Mikael Tobias by Sophia Kapchinsky

Photo courtesy HAPPYMOVIE

CreativeMornings/Montréal est à la recherche de contributeurs

CreativeMornings/Montréal c’est tout un réseau de contributeurs qui s’ajoutent à l’équipe et font de l’événement un succès. Nous sommes toujours à la recherche de créatifs qui souhaitent mettre à contribution leurs talent de temps en temps pour vivre un petit trip de gang le temps d’un café et d’une conférence. 

Voici ce qu’on cherche :

Blogueurs et vlogueurs

La communauté CreativeMornings est une véritable ruche de talents. Des bénévoles de feu, des petits-déjeuners faits avec amour et tout un tas de créatifs qui font des choses extraordinaires. On veut parler d’eux, découvrir ce qui les anime, ce qui les pousse à se dépasser jour après jour. Et c’est pour ça qu’on a besoin de vous. Blogueurs et blogueuses foodies, fashionistas et passionné(e)s d’entrepreneuriat: pour nous aider à faire connaître ceux qui font de Montréal la métropole créative qu’elle est, et qui fait l’envie du monde.

Ce qu’on cherche:

  • Des contributions originales et bien écrites — envoyez-nous un portfolio de vos 3 meilleurs textes!
  • Un certain rythme, mais sans pression (un billet aux trois mois, ça se peut?), pourvu que vous soyez tight sur vos deadlines
  • Du talent et de la créativité, parce qu’on ne s’appelle pas BoringMornings…

Ce qu’on offre:

  • Une tribune extraordinaire: une vaste communauté, à Montréal et partout dans le monde, des participants et des partenaires toujours à la recherche de talents et des ententes de visibilité de contenu avec plusieurs médias, notamment avec VOIR
  • Un accès privilégié à certains des créatifs les plus en vue de Montréal et à toutes sortes d’événements branchés (organisés par nos amis) où faire de belles rencontres
  • Une équipe organisatrice et des bénévoles passionnés de créativité, bien connectés avec qui partager de bons moments sur une base régulière
  • Et surtout… un accès privilégié à l’événement mensuel le plus hot en ville, sans liste d’attente!

Traducteurs et sous-titreurs

Nous avons fondé le chapitre montréalais de CreativeMornings dans le but de susciter des rencontres entre les créatifs d’ici, de leur faire découvrir l’incroyable écosystème qui fait de Montréal cette métropole créative enviée du monde entier. Mais ce n’est pas toujours facile de franchir la barrière de la langue. Beaucoup de créatifs fraîchement débarqués à Montréal n’ont pas encore eu l’occasion d’apprivoiser les nombreux caprices de la langue de Molière, version Molson. De plus, pour une part importante des plus 150 000 créatifs qui tissent le réseau CreativeMornings dans le monde, nos contenus en français demeurent inaccessibles. On a besoin d’aide pour nous assurer que nos contenus voyagent, que le dynamisme d’ici soit largement diffusé et que tous les Montréalais se sentent bienvenus à nos événements.

Ce qu’on cherche:

  • La traduction de certains de nos contenus substantiels (billets de blogues, certains posts Facebook, etc.), de l’anglais vers le français et parfois aussi du français vers l’anglais
  • La production de sous-titres français pour nos conférences données en anglais et, vous l’avez deviné, la même affaire mais dans l’autre sens — de l’expérience en la matière, sans être le 21, serait clairement un atout
  • Un souci de la langue et du travail bien fait, évidemment, parce que c’est ça qui fait qu’après, on peut se concentrer sur avoir du fun, tsé

Ce qu’on offre:

  • De la visibilité sur nos tribunes, des remerciements dans les crédits vidéos et notre amour éternel
  • La possibilité d’être révisé et coaché par des réviseurs-traducteurs professionnels
  • Une première expérience de traduction cinématographique, qu’il n’est pas si facile d’acquérir mais qui est très recherchée dans l’industrie du cinéma à Montréal
  • Une équipe organisatrice et des bénévoles passionnés de créativité, bien connectés avec qui partager de bons moments sur une base régulière
  • Et surtout… un accès privilégié à l’événement mensuel le plus hot en ville, sans liste d’attente!

Photographes

L’engouement qu’on vit à chaque événement, c’est celle d’une communauté qui se retrouve avec fébrilité pour vivre des échanges uniques. On recherche des fous de la photo pour saisir l’énergie et la spark de ces rencontres entre humains passionnés, et partager ces moments à toute notre communauté. On veut capturer tout ça, à travers ton regard à toi. Et au-delà des conférences, il y a tout un univers de créatifs qu’on faire connaître, en parallèle avec notre équipe de rédaction.

Ce qu’on cherche:

  • Un mindset de freelancer avec bien du talent et de la créativité, qui souhaite faire briller la communauté créative d’ici
  • Présence à quelques événements dans l’année
  • Plaisir à collaborer avec d’autres photographes et créatifs

Ce qu’on offre:

  • En faisant briller CreativeMornings/Montréal, on te permettra aussi de briller auprès d’une vaste communauté, à Montréal et partout dans le monde, avec des participants et des partenaires toujours à la recherche de talents
  • Une équipe organisatrice et des bénévoles passionnés de créativité, bien connectés avec qui partager de bons moments sur une base régulière
  • Et surtout… un accès privilégié à l’événement mensuel le plus hot en ville, sans liste d’attente!

Pour soumettre votre candidature, remplissez le formulaire.

CreativeMornings/Montréal est une organisation de bénévoles, à but non lucratif, il n’y a donc pas de postes rémunérés. La charge de travail attendue représente en moyenne environ 10 heures par mois.


Crédit Photo: Alexandre Racine 

image

L’équipe de CreativeMornings/Montréal s’agrandit et cherche de nouveaux talents! 

Voici les postes actuellement ouverts :

Webmaestro

Une communauté bien connectée, de nos jours, ça passe en grande partie par une forte présence web et autres intermachins. Que ce soit à travers une infolettre engageante, un blogue qui roule et n’amasse pas mousse ou la promotion de nos événements, nous devons saisir toutes les opportunités de montrer à notre communauté qu’on est toujours là, présents et engagés. Notre maestro du web est un (re)mix geek entre Stromae et Kent Nagano, qui s’assure qu’on look toujours the best mais qui garde aussi l’oeil sur les détails que personne ne voit. Tu t’emmerdes peut-être derrière l’écran de ton ordinateur, mais nous, on ne s’ennuie jamais. Sauf de toi.

Ce qu’on cherche:

  • De la passion 2.0 chez quelqu’un qui aime écrire un peu, designer un peu, programmer un peu et patenter beaucoup
  • Un esprit débrouillard et multidisciplinaire avec un bon sens du timing
  • Le souci du détail et des choses bien faites, conjugué à une habileté à ficeler divers éléments pour assurer un tout cohérent
  • Un certain degré d’autonomie et de créativité pour la production de notre infolettre mensuelle Mailchimp ainsi que pour la mise en ligne des événements sur notre site web et du contenu sur notre blogue sur voir.ca

Ce qu’on offre:

  • L’opportunité de travailler avec les meilleurs éléments de notre équipe (contenus, graphisme, partenariats) pour montrer toujours notre plus beau visage
  • Beaucoup de lousse dans la créativité média et tout un tas de défis pour assouvir le problem solver qui sommeille en toi
  • Une équipe organisatrice et des bénévoles passionnés de créativité, bien connectés avec qui partager de bons moments sur une base régulière
  • Et surtout… un accès privilégié à l’événement mensuel le plus hot en ville, sans liste d’attente!


Chief Breakfast Officer

Les petits-déjeuners sont au cœur de la magie des CreativeMornings. Servir des Jos Louis, on laisse ça aux autres! Foodie, passionné(e) de bouffe locale et toujours à la recherche de nouveautés culinaires, notre Chief Breakfast Officer a pour mission de satisfaire les papilles de nos participants, tout en faisant briller le délicieux talent d’ici.

Ce qu’on cherche:

  • De la passion pour la bouffe, un sens de l’hospitalité et le désir de partager avec la communauté CreativeMornings à travers un menu déjeuner varié et mettant en valeur la créativité locale
  • Un intérêt à développer des partenariats et l’entregent qu’il faut pour entretenir des relations avec des producteurs locaux
  • Un esprit bien organisé, pour gérer budget, fournisseurs, logistique et bénévoles

 Ce qu’on offre:

  • Une opportunité extraordinaire de créer des liens avec les acteurs de l’industrie bioalimentaire montréalaise et de faire valoir vos talents
  • Une équipe organisatrice et des bénévoles passionnés de créativité, bien connectés avec qui partager de bons moments sur une base régulière
  • Et surtout… un accès privilégié à l’événement mensuel le plus hot en ville, sans liste d’attente!


Coordonnateur vidéo

Au coeur des événements CreativeMornings, il y a, chaque mois un ou une speaker, qui vient nous présenter son approche de la créativité. Pour la postérité, et pour le bénéfice de ceux qui n’ont pas le courage de se lever tôt ou bien pas la chance de vivre dans cette métropole créative qu’est Montréal, nos conférences sont filmées et mises en ligne sur la plateforme creativemornings.com. Ça a l’air de rien comme ça, mais ça demande du temps, de l’huile de coude et de la minutie pour s’assurer que tout se passe dans la joie et l’harmonie

Ce qu’on cherche:

  • Un esprit assez cartésien assurer la coordination des équipes en charge de produire les vidéos de nos événements et assez humain pour que ce soit un processus agréable
  • Juste assez de geekiness et de patience pour mettre en ligne nos vidéos, avec tout ce qu’il faut d’attention au détail pour que les titres, les sous-titres, les tags et autres éléments soit impeccables
  • Peut-être un soupçon de passion et d’initiative pour nous aider à mieux faire vivre nos contenus, produire des “courts”, des best-of, des GIFs (on adore ça!), des capsules originales ou qui sait quoi encore

 Ce qu’on offre:

  • Une plateforme extraordinaire pour se faire connaître dans l’univers créatif montréalais (et ailleurs dans le monde), plus particulièrement auprès des boîtes de production partenaires
  • Du matériel de base de haute qualité et un accès privilégié à certains des créatifs les plus en vue de Montréal, ainsi qu’à toutes sortes d’événements branchés (organisés par nous-mêmes ou nos amis) où faire de belles rencontres
  • Une équipe organisatrice et des bénévoles passionnés de créativité, bien connectés avec qui partager de bons moments sur une base régulière
  • Et surtout… un accès privilégié à l’événement mensuel le plus hot en ville, sans liste d’attente!


Gestionnaire de projet - Grandes Rencontres créatives

Les Grandes Rencontres créatives sont une nouvelle série d’événements qui ont lieu quatre fois par année, tout de suite après CreativeMornings/Montréal. Une idée folle qu’on a eu un soir de folie, sur la route New York → Montréal. Ces rencontres offrent des échanges privilégiés entre 25 gens d’affaires curieux et quelques leaders créatifs au look curieux. Elles explorent en cinq tables rondes divers enjeux communs à ces deux univers, en lien avec le thème mensuel traité à la conférence CreativeMornings. Bref, le but c’est de créer des flammèches entre ceux qui portent des costards et ceux qui chaussent des baskets. Big flammèches = big fire. La prochaine série d’événement débutera à la fin de l’été 2016.

Ce qu’on cherche:

  • De la passion (que diable!) pour les enjeux qui marient créativité, innovation, business, la vie des organisations et, bien sûr, Montréal (oui, oui, un gros mariage open relationship)
  • De la rigueur, rigueur, rigueur tant au niveau du contenu que du contenant, parce qu’il faut savoir réfléchir sur le fond si on veut jouer sur la forme
  • Une tête bien organisée pour voir à l’organisation des événements et faire le lien avec l’équipe logistique CreativeMornings
  • Idéalement, de bonnes connexions dans le milieu des affaires, particulièrement de la grande entreprise.

Ce qu’on offre:

  • Une unique opportunité de faire sa place dans le milieu des affaires, particulièrement auprès de ceux qui ont un intérêt pour la créativité
  • Travailler étroitement avec une médiatrice professionnelle (Catherine Rousseau-Saine, hôte et facilitatrice des Grandes Rencontres créatives) ainsi qu’avec une équipe organisatrice et des bénévoles passionnés de créativité, bien connectés, avec qui partager de bons moments sur une base régulière
  • Et surtout… un accès privilégié à l’événement mensuel le plus hot en ville, sans liste d’attente!


Bénévoles - Jour de l’événement

À chaque matin de CreativeMornings, une équipe de bénévoles dévoués se réveille avec le chant des oiseaux pour s’assurer que les participants soient accueillis avec sourire, café, bouchées et, surtout, une ambiance de feu. Ça prend de l’énergie et de la passion, et une envie de vivre un trip de gang avec des crinqués matinaux.

Ce qu’on cherche:

  • Contributeurs lève-tôt, disponibles (et souriants!) de 7h à 10h30 les vendredis de CreativeMornings
  • Bonne forme physique pour l’installation des lieux et le déplacement occasionnels d’objets lourds
  • Aisance avec les médias sociaux durant l’événement (Twitter, Instagram, Snapchat)

Ce qu’on offre:

  • Tisser des liens avec une équipe organisatrice et des bénévoles passionnés de créativité, bien connectés avec qui partager de bons moments sur une base régulière
  • Et surtout… un accès privilégié à l’événement mensuel le plus hot en ville, sans liste d’attente!

Pour soumettre votre candidature, remplissez le formulaire.

CreativeMornings/Montréal est une organisation de bénévoles, à but non lucratif, il n’y a donc pas de postes rémunérés. La charge de travail attendue représente en moyenne environ 10 heures par mois.

Crédit photo: Tora Photography 

Voilà déjà quelques semaines que le projet nous anime en coulisses. Après de nombreux échanges d’idées et ajustements techniques, nous sommes heureux de pouvoir enfin vous annoncer le début d’une nouvelle collaboration éditoriale entre les équipes de CréativeMornings/Montréal et du magazine VOIR.  

Un blogue dédié à la communauté CreativeMornings a été créé sur la plateforme web du VOIR (voir.ca/creativemornings) pour permettre aux lecteurs de connecter plus étroitement avec la communauté créative montréalaise. 

Rencontrer, inspirer et changer Montréal

Sur cette nouvelle vitrine, nous nous sommes donné une double mission : offrir une vitrine aux contributions de la communauté créative au développement de Montréal, en partageant notamment des parcours de créatifs et des portraits d’entrepreneurs; et disséminer les réflexions de la communauté sur les sujets mensuels qui animent la conversation mondiale du mouvement CreativeMornings. Nous y publierons ainsi régulièrement des chroniques, des entrevues, des illustrations, des podcasts ainsi que les vidéos des conférences CreativeMornings/Montréal.

Renforcer l’écosystème local de la créativité

Au-delà des événements mensuels, CreativeMornings est un feu roulant d’idées et de contenus et nous souhaitons donc en faire profiter les lecteurs, ici à Montréal, mais également au Québec et dans le monde. 

Simon Jodoin, le rédacteur en chef de VOIR, le confirme: “La créativité produite ici est une grande richesse. Or il est plus important que jamais que celle-ci s’inscrive localement, dans un écosystème robuste, plutôt que de simplement enrichir les propriétaires anonymes de grandes plateformes globales”. 

Nous vous invitons à visiter notre nouveau blogue à l’adresse suivante: voir.ca/creativemornings

Au plaisir de vous y retrouver! 


Crédit photo: Alexandre Racine

image

#CMBroken: When Does Reworking End and Breaking Begin?

A personal reflection by Sophia Kapchinsky & Andre Farant, CreativeMornings/Montréal 

I used to belong to a writers circle. We would bring samples of our work to be reviewed and discussed, get feedback on our writing and provide it to others. Much of it dealt with editing and rewrites, cleaning up a first draft. One guy, though, seemed intent on heading us off before we could suggest a single edit. He would bring us bits of writing that he had clearly edited himself, over and over again. In the end, though, his piece was barely decipherable. He’d edited the thing into meaninglessness.

As with any creative endeavour, reviewing, reworking and refining are essential. That first draft, first sketch, first version is the fun part; the tweaking and trimming is where the real work is done. To paraphrase Ernest Hemingway, you write drunk but you rewrite sober. But how do you know when the reworking process is complete? How do you know when you’ve done enough and are about to overdo it?

Reworking need not be solitary work

Stephen King has said that, given the chance to rework previous novels, he could find hours’ worth of words to remove, characters to refine, plot points to alter. But, back when he originally wrote these novels, King did, at one point, decide that he was done. Of course, King had an editor to give him perspective on when to call it quits. It’s a reminder that no creative work is—or need be—a solitary endeavour. Bring a second—or third or fourth—pair of eyes to you work, before and after you’ve reworked it.

The importance of creative restraint

To many, the paintings of Jackson Pollock look like random splashes of colour, with little to no sense or planning. With work like his, it is hard to imagine how he could have ever determined when to quit splashing paint upon the canvas and call it a job done. Pollock’s work, as bold  as it may be, is a classic example of artistic restraint. Just as good jazz is about the notes that aren’t being played, Pollock’s painting is about the paint that wasn’t dolloped, drizzled and dripped. The same restraint must be applied to the reworking process. Unfortunately, for those looking for an easy answer, restraint comes primarily through experience, practice, and confidence. Take the time to master your craft and learn when to walk away.

Making peace with imperfection

Confidence is key. That guy in my writers circle? The way he reworked everything to death was a demonstration of his own lack of confidence. He strived for perfection but overreached. He broke his own work. To build confidence, accept that no one—and no work—is ever perfect. Perfection is a bottomless pit. Accept that imperfection is acceptable, that it’s part of the process, that it makes your work more interesting and—more importantly—it makes it yours, because no one can be imperfect quite like you.

 Text: Sophia Kapchinsky & Andre Farant

 Illustration: Donald Ely

#CMReality : 5 attitudes à adopter pour relever les défis de la réalité

S’il est impossible de choisir la réalité qui s’impose à nous, nous pouvons toutefois choisir la manière de l'aborder. C’est le constat que posait l’architecte Jean-François St-Onge, lors de sa conférence sur le thème de la « Réalité » à la dernière édition de CreativeMornings/Montréal.

L’idée de départ était la suivante : contrairement à l’artiste qui questionne la réalité et l’interprète, un designer a pour objectif de répondre aux réalités qui lui sont soumises. Face à ces réalités multiples, évolutives et complexes, un designer n’a pas d’autre alternative que d’adapter son attitude face aux réalités d’un projet.

À partir de son expérience en tant qu’architecte, que ce soit au sein des cabinets dans lesquels il s’est formé, ou au sein de sa propre agence, ADHOC architectes, co-fondée avec son associé François Martineau, Jean-François St-Onge a élaboré cinq attitudes différentes.

Cinq attitudes qui s’avèrent de véritables outils à qui souhaite mener à bien des projets ou travailler de façon collaborative.

1. L’attitude du parachutiste

Le parachutiste est celui qui ose sauter et se mettre en péril pour vivre des sensations fortes. Une fois embarqué dans le projet, on ne peut plus rebrousser chemin.

Étude de cas : le projet SPOT

Le projet: Des étudiants, encore sur les bancs de l’école, contactent ADHOC architectes pour un projet d’installation au village éphémère du SPOT à Québec. Le projet est super, mais les étudiants n’ont pas de budget. Encore plus fort, non seulement ils souhaitent qu’ADHOC architectes construisent le projet, mais également qu’ils le subventionnent. Un culot qui paie puisque Jean-François et François décident d’embarquer pour ce premier saut en tandem dans l’inconnu.

Les défis :

1.     Après deux semaines, l’équipe d’architectes est confrontée à une première charrette. Ils ont 24 heures pour proposer un projet. Après une peur de la page blanche, ils se laissent inspirer par le thème du jeu et proposent de créer une canopée de 1 200 virevents.

2.     L’idée des virevents fait l’unanimité mais les premières estimations affichent un coût de 10 000 $. Le budget fixé à 2 000 $ ne suffira pas. Germe alors l’idée de demander à la compagnie 3M de rejoindre le projet. La proposition séduit le représentant de 3M, qui décide d’offrir les trois rouleaux nécessaires à la réalisation du projet.

3.     Les premiers prototypes fonctionnent au début, puis se mettent à exploser un à un. « On n’avait plus d’autre choix, si proche de l’installation, que de s’adapter. Nous avons donc fait des virevents plus petits et moins espacés afin qu’ils soient plus résistants ». Pendant 10 heures, 10 personnes s’activent donc pour créer 1 200 virevents, à la main.

Le résultat ? « La réalité dépassait la fiction ! », s’enthousiasme Jean-François, des pépites dans les yeux. La canopée fascine les passants, et chose totalement imprévue, émet une sorte de chant selon les mouvements du vents. L’effet est presque magique. À tel point que le projet obtient de Grand Prix du Design, dans la catégorie « Installation Éphémère ».

La leçon à tirer : Grâce à ce projet, l’équipe d’ADHOC architectes comprend combien il est important d’apprendre à prendre des risques pour innover.

2. L’attitude du Tai Chi

L’adepte du Tai Chi s’ancre dans la réalité et parvient à concentrer son énergie de façon à la transmettre à son client sous la forme d'une idée claire et unique que le client s’approprie peut à peu. 

Étude de cas : la maison Bouleau

Le projet: Une cliente passionnée d’art et de culture amérindienne arrive avec le projet d’une résidence multi-générationnelle, dans le quartier de Saint-Sauveur à Québec. « Nous avons absorbé toute l’énergie de la cliente, et nous sommes plongés dans l'histoire de la culture amérindienne ».

La solution: C’est en partant de l’idée du bouleau que le projet commence à prendre forme. « Le bouleau est un emblème important pour les autochtones. C’est aussi le premier arbre qui repousse après un incendie de forêt », explique Jean-François.  « Nous avons donc travaillé l’idée d’écorce, d’intérieurs doux, tendres et chaleureux. Pour plus de fluidité, nous avons fait en sorte qu’aucun mur ne touche les murs extérieurs, tel les rayons de croissance d'un arbre».

Le résultat : Le projet est devenu « la Maison Bouleau », une bâtisse qui se mêle harmonieusement à son environnement et qui transmet les valeurs profondes de sa propriétaire.

La leçon à tirer : Grâce à ce projet, l’équipe d’ADHOC architectes comprend combien il est important de s’imprégner de toutes les énergies entourant l’origine d’un projet.

3. L’attitude du contorsionniste 

Le contorsionniste veut plaire à tellement d’interlocuteurs en même temps que le projet devient fragile à toute modification.

Étude de cas : la Géode

Le projet: L’équipe d’ADHOC architectes reçoit la demande de construire 5 unités sur un site exigu. Pour complexifier la chose, de nombreux acteurs sont impliqués, avec chacun leur propre réalité à prendre en compte.

La solution: « Nous avons décidé de nous inspirer des ryads marocains, dont les murs fermés sur l’extérieur révèlent de véritables jardins d’éden à l’intérieur ». Pour que le projet soit validé, l’équipe est amenée à faire preuve d’une grande flexibilité par rapport à son idée de départ, mais le projet Géode prend malgré tout forme.

Résultat : Le projet Géode va être construit à l’intersection des rues Marianne et De La Roche. La livraison est prévue pour l’automne 2016.

La leçon à tirer : Grâce à ce projet, l’équipe d’ADHOC architectes comprend que la collaboration implique d’accepter de voir son projet et son idée de départ aussi bien bonifiée qu'altérée.

4. L’attitude du surfeur

Le surfeur saisit la vague, prend son énergie et s’élève au rythme des flots. S’il est bon, il peut même s’amuser en le faisant !

Étude de cas : la clinique de soins Nu Face

Le projet: Les propriétaires d’une clinique de soins à Laval arrivent chez ADHOC architectes avec un plan d’affaires basé sur Disney World. Le projet est extravagant et inattendu : « Les clients voulaient un candy bar, des statuettes grandeur nature de Star Wars et un aquarium géants dans leurs locaux », se souvient Jean-François. Outre ce défi inhabituel, le projet doit être conçu et construit en seulement 3 mois ! 

La solution: « Face à cette situation, nous avions deux solutions : nager au plus vite pour rejoindre la plage, ou se mettre à surfer ». L’équipe d’ADHOC architectes choisira évidemment à seconde option. « On s’est rattaché de nos deux mains à l’aile du papillon, leur logo ». Ils en étudient l’iridescence, et l’adaptent aux couleurs de l’entreprise. « Ce que nous avons compris derrière la volonté de nos clients de s’inspirer de Disney World, c’était de créer un lieu où le rêve est permis ».

Le résultat : Quand les clients de Nu Face découvrent le projet, ils n’en croient pas leurs yeux. « On oublie complètement qu’on est à Laval, on se croirait à Los Angeles ou à New-York ! » s’exclament-ils. Non pas parce qu’ils n’aiment pas leur ville, mais parce que des places comme Los Angeles sont des lieux où l’imaginaire se libère.

La leçon à tirer : Grâce à ce projet, l’équipe d’ADHOC architectes comprend que s’abandonner à l’univers des autres peut permettre de repousser ses propres limites.

5. L’attitude du bobbeur

« Avant de me lancer en entreprenariat, je connaissais bien mes qualités et mes défauts, explique Jean-François. Face à ça, j’avais deux solutions : soit je cherchais à me former pour corriger mes défauts, au risque de laisse tomber mes qualités. Soit je m’associais avec quelqu’un qui a les qualités de mes défauts, et on décidait de prendre nos virages ensemble, en penchant la tête en même temps. C’est ce que j’ai fait ».

Rejoint sur scène par son associé François Martineau, celui-ci acquiesce et ajoute : « On n’a jamais les mêmes idées, on n’est d’accord sur rien. Mais cette confrontation d’idées apporte des questionnements plus profonds et nous pousse à sortir de nos zones de confort pour sortir des idées qu’on n’aurait pas eues au départ ».  

Le mot de la fin sera donné par Jean-François : « Je vous invite à embrasser les réalités qui sont propres à chacun de vos métiers afin de vous élever et vous permettre de créer de nouvelles réalités ».

Ovation.


Texte: Sarah Meublat

Crédits photos: Crédits photos: Adrien Williams (photo Nu Face), Alexandre Guilbeaut (photos maison Bouleau et projet SPOT), autres photos courtoisie ADHOC architectes. 

more